Bilan de nos rencontres 2018


Rencontres Cinématographiques des Droits de l’Homme 2018  !

    950 spectateurs

          8 films

       9 projections

      6 villes : Aix, Marseille, Istres, Gardanne, Martigues et Châteaurenard (+15 établissements scolaires)

        18 intervenants dont 2 réalisateurs, 5 témoins, 7 experts et d’autres membres associatifs

   Un collectif de 5 associations, avec la collaboration de 7 autres associations, 2 institutions d’enseignement supérieur et 7 cinémas

       26 personnes, majoritairement des bénévoles, impliquées directement dans l’organisation du festival

À travers 15 pays différents, de l’Europe en Amérique du Sud, en passant par le Maghreb, le Moyen Orient et le Sud-est de l’Asie, huit films poignants ont témoigné des défis contemporains des droits humains.

Ces rencontres nous ont rappelé que les migrants sont des êtres humains avant tout, peu importe leur situation, et qu’il n’y a pas des personnes étrangères mais seulement des personnes que l’on connait pas encore. A travers la rencontre de l’Autre, la voix peut devenir un passeport et une arme pour la liberté. Des différentes cultures ont pu partager leurs vécus durant les débats – roms, gadjés, algériens, colombiens, libanais, afghanes… –.

L’émotion est ressortie par les témoignages des intervenants et des réalisateurs présents qui ont mis du cœur à l’ouvrage : « L’idée de mettre en lumière le combat pour les droits humains à travers le cinéma m’est venue naturellement » (parole du réalisateur Juan José Lozano).

Cette défense des droits humains, parfois difficile, laisse place à l’humour d’une vielle égyptienne, au rap d’un jeune afghane, aux danses Roms, aux bandes dessinées d’un artiste franco-cambodgien et ne reste pas sans espoir.

Rendez-vous bientôt pour des interviews des intervenants et spectateurs !
Restez connectés sur rcdhprovence.fr  !

En attendant, découvrez le teaser et le making-of des interviews  :

 

 

Interviews #5 – Les conflits armés et la reconstruction de la paix.

Pendant les rencontres de 2018, nous avons abordé trois épisodes conflictuels de l’histoire contemporaine : la guerre d’Algérie de 1954 à 1962, le régime des Khmers Rouges au Cambodge de 1975 à 1979 et la violation des droits humains en Colombie dans les années 2000.

Découvrez les interviews réalisées lors de ces trois soirées.

RETOUR EN ALGÉRIE – Les tortures commisses pendant le conflit armé.
Ciné – débat du 6 février à Sciences – Po Aix.
Documentaire d’Emmanuel Audrain (52 min, 2014)

« L’Algérie reste une sorte de blessure dans la mémoire française (….) Moi, personnellement ça m’a touché. Mais je pense aussi que derrière ce film, qui revient sur les actions de la torture en Algérie, bien sûr il y a la question de la mémoire et de la vérité. Il est toujours important de garder cette mémoire présente, car il n’y a pas de mémoire sans vérité ». Témoignage de Jean Claude Escaffit, journaliste et animateur du débat.

« Moi-même, je suis algérienne, mais je n’ai pas connu la guerre d’Algérie, je ne peux pas témoigner. Je l’ai pas vécue ; les parents ne parlent pas non plus ; quand j’essaie de faire parler ma mère elle dit simplement que c’était très dur ». Témoignage d’une spectatrice de la séance du 6 février à Sciences – Po Aix.

L’IMAGE MANQUANTE – Les atrocités du régime des Khmers Rouges au Cambodge.
Ciné-débat du 8 février au Cinéma Les Variétés.
Film d’animation de Rithy Panh (92 min, 2013).

Le gouvernement cambodgien, en lien avec l’ONU et la communauté international, a créé les Chambres Extraordinaires au sein des Tribunaux Cambodgiens chargées de poursuivre les crimes commis pendant la période du Kampuchéa démocratique. Ce Tribunal a été opérationnel en 2007. L’objectif principal de ces chambres est de rendre justice au peuple cambodgien. Le tribunal a ouvert 5 dossiers portant sur 11 accusés ; certains accusés ont été déjà reconnus coupables de crimes contre l’humanité en 2014[1].

[1] https://www.eccc.gov.kh/fr/node/12083

SABOGAL – Les crimes contre l’humanité en Colombie dans les années 2000.
Ciné-débat du 21 et 22 février 2018 au cinéma Le Coluche à Istres et au cinéma Le Mazarin à Aix en Provence.
Thriller judiciaire de Juan José Lozano (1h46, 2015).

Depuis les années 90, les victimes des groupes paramilitaires d’extrême-droite se mobilisent pour obtenir justice. Depuis la signature des accords de paix entre la guérilla et le gouvernement colombien en septembre 2016, elles exigent que ces crimes d’Etat ne soient pas oubliés.

La Cour constitutionnelle a validé le 11 octobre l’accord de paix signé par le gouvernement colombien et le mouvement de guérilla des FARC le 24 novembre 2016. À la fin de l’année, cependant, l’application de la plupart des points de l’accord restait suspendue à la mise en œuvre de la loi.

Selon le rapport d’Amnesty International de 2017, les civils demeuraient les principales victimes du conflit armé, les plus exposés étant les indigènes, les Afro-Colombiens, les petits paysans et les défenseurs des droits humains. Les chiffres officiels ont fait état d’une baisse du nombre de civils tués dans des actions militaires impliquant les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et les forces de sécurité colombiennes entre le début des négociations et la signature de l’accord de paix en 2016, mais le conflit armé s’est poursuivi en 2017 et semblait même s’être intensifié dans certaines régions du pays.

Interviews#4 – Les droits des femmes !

Deux projections ciné – débat sur les droits des femmes ont été organisées par les Rencontres Cinématographiques des Droits de l’Homme en Provence. Découvrez les interviews réalisées lors de ces deux soirées.

Le film Sonita a été proposé par la Ligue des Droits de l’Homme au cinéma Rex de Châteaurenard en février 2018.

La lutte contre l’asservissement des femmes avec le témoignage d’une réfugiée afghane, clandestine en Iran qui rêve de devenir rappeuse en dépit des préjugés et des obstacles.

Aujourd’hui, Sonita vient de finaliser ses études à Utah et elle continue à écrire des chansons. Elle a collaboré avec l’artiste japonais Miyavi qui a écrit une chanson intitulée Long Nights, après la visite d’un camp de réfugiés au Liban, la chanson mélange l’anglais et le farsi. Elle vient de sortir en solo une chanson intitulée Child Labor, dédiée aux enfants d’Afghanistan et d’Iran.


Le film « Dans l’ombre d’un homme » a été proposé par la Clinique doctorale de droit international des droits de l’Homme d’Aix-en-Provence à la faculté de droit en février 2018.

La bataille de femmes égyptiennes pour leur liberté. Au lendemain du Printemps Arabe, portrait intime de quatre femmes dans la lutte pour leur liberté.


Dans un monde où les inégalités entre les hommes et les femmes subsistent encore, nous avons voulu rappeler le chemin qu’il reste à parcourir pour l’égalité. Car, contrairement aux engagements pris, aucun État n’a encore complètement traduit dans les faits ni la Convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes ni la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes ni la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique …

Quelques faits et chiffres [1] :

En juin 2017, seuls 23,3 % des parlementaires nationaux étaient des femmes.  En octobre 2017, 11 femmes étaient des chefs d’État et 12 étaient des chefs de gouvernement. Dans la plupart des pays, le salaire des femmes atteint 70 à 90 pour cent de celui des hommes. Selon les estimations, 35 pour cent des femmes dans le monde ont subi des violences physiques et/ou sexuelles à un moment donné dans leur vie.

[1] http://www.unwomen.org/fr/what-we-do

Une compilation de spots publicitaires diffusés par Amnesty International pour la défense des droits des femmes.


VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ET AUX FILLES EN AFGHANISTAN[1]

Au premier semestre, la Commission indépendante des droits de l’homme en Afghanistan a recensé des milliers de cas de violences infligées à des femmes et des filles sur l’ensemble du territoire, notamment des coups, des homicides et des attaques à l’acide. Sur fond d’impunité et d’absence d’enquêtes, ces actes étaient encore rarement signalés en raison des pratiques traditionnelles, de la stigmatisation et de la crainte des conséquences pour les victimes.

La MANUA -Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan- a également constaté que des groupes armés tentaient de restreindre l’accès des filles à l’éducation. En février, des écoles de filles situées dans plusieurs villages de la province de Farah ont été contraintes de fermer à la suite de menaces, ce qui a empêché temporairement plus de 3 500 filles d’accéder à l’éducation.

DROITS DES FEMMES EN ÉGYPTE [2]

Les femmes et les filles n’étaient toujours pas suffisamment protégées contre les violences sexuelles et les violences liées au genre, et elles continuaient d’être victimes de discrimination dans la législation et dans la pratique. En mars, une jeune étudiante a été attaquée et agressée sexuellement par un groupe à Zagazig, dans le gouvernorat de Sharkia. Au lieu d’arrêter les auteurs de cette agression et de les déférer à la justice, la Direction de la sécurité du gouvernorat a publié une déclaration indiquant que la victime avait « provoqué cette agression » en « portant une robe courte ».

Les femmes étaient toujours en butte à la discrimination dans le système judiciaire. Des femmes qui avaient tenté de présenter leur candidature au Conseil d’État pour un poste de juge ne se sont pas vu remettre les documents nécessaires pour le traitement de leur demande. L’une d’elles a engagé des poursuites contre le Conseil d’État pour discrimination.

 

[1] La situation des droits humains dans le monde. Rapport d’Amnesty International 2017/2018. Page 75 et 76.

[2] La situation des droits humains dans le monde. Rapport d’Amnesty International 2017/2018. Page 181 et 182.

Interviews#3 – Moi, je suis avec la mariée – Journée mondiale des réfugiés !

Découvrez la troisième vidéo d’une série d’interviews réalisées lors des projections-débats

Le film Moi, je suis avec la mariée a été proposé par la Cimade au cinéma Jean Renoir de Martigues en janvier 2018.

Un parcours défiant frontières et préjugés. Un étrange cortège de mariage, de Lampedusa à Stockholm. L’histoire « vraie » au goût d’aventure de cinq migrants palestiniens et syriens.

« Une histoire fantastique mais absolument vraie. 
Un acte courageux de désobéissance civile »


20 juin 2018, la journée des réfugiés s’inscrit dans une actualité brûlante : l’Aquarius, ce bateau avec 629 personnes à bord qui se voit refuser l’accès à un port sûr jusqu’à la proposition espagnole, Donald Trump se réaffirme dans la décision de séparer les enfants des parents entrés illégalement aux EEUU, Matteo Salvini souhaite recenser la communauté Rom étrangère pour mieux les expulser, le parlement hongrois va criminaliser la solidarité vers les migrants…

Selon le rapport annuel de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, les guerres, les violences et la persécution ont propulsé les déplacements forcés dans le monde vers un nouveau record, avec 68,5 millions de personnes déracinées en 2017, soit une toutes les deux secondes.

Les États Membres de l’Union Européenne montrent un visage bien fermé. Des nouveaux projets pour bloquer l’accès au sol européen, créer des centres de tri avant les frontières et menacer l’assistance humanitaires seront sûrement présentés lors du prochain Conseil Européen des 27 et 28 juin.

Nous ne baissons pas les droits !
Signez la pétition pour une Europe accueillante et pour mettre fin au délit de solidarité !

—>   https://www.weareawelcomingeurope.eu/fr/ <—

Nous vous invitons à signer et diffuser largement autour de vous une initiative européenne des sociétés civiles : l’initiative citoyenne européenne (ou ICE)  » Pour une Europe accueillante ». Nous demandons :
1°la fin de la criminalisation des aidants,
2°le soutien aux initiatives d’accueil, d’hébergement et d’aide que prennent les citoyens
3° la protection des personnes victimes de traite, d’exploitation et de violence aux frontières.
Sous forme de pétition, son objectif est de récolter 1 millions de signatures de citoyens et citoyennes de pays membres de l’Union Européenne. En effet, si elle parvient à réunir ce nombre de signatures, les propositions qu’elle contient pourront être examinées et défendues devant la commission européenne.
Au niveau national de nombreuses associations (Secours Catholique, LDH, Cimade, FEP, JRS, Emmaüs, …) se sont engagées dans cette campagne également soutenue par Caritas Europa et de nombreuses autres Caritas européennes.

Interviews #2 – Jenica et Perla – Musique et danse tsiganes chez nous !

Découvrez la deuxième vidéo d’une série d’interviews réalisées lors des projections-débats

Le film Jenica et Perla a été proposé par le CCFD – Terre Solidaire au cinéma 3Casino en février de 2018.

« Beaucoup de migrants Roms originaires des Balkans vivent dans des conditions très difficiles, voire illégales ; alors nous essayons de les atteindre et de leur apporter, espérons-le, une certaine forme d’espoir. » – Ivan Akimov, le responsable de Kesaj Čhave sur Radio Praha

La passion pour la musique et la danse a uni Jenica et Perla grâce au groupe Kesaj Tchavé. Dans ce mois de mai, la troupe Kesaj Tchave “les enfants de la fée”, de jeunes musiciens et danseurs Roms de 12 à 25 ans, venus de colonies tsiganes de Slovaquie, menés par Ivan Akimov, fait une tournée en France et se produira :

Le mercredi 23 mai à Martigues, salle du Grès à 20h30
Le vendredi 25 mai à Marseille au théâtre Toursky à 21h 

Kesav Tchave propose un spectacle étonnant de vitalité et de joie et d’une grande qualité. Ils se sont déjà produits en France à l’Olympia, dans des bidonvilles et des camps Roms, pour des publics variés et dans des lieux improbables. Leur objectif est de faire connaître leur culture, de créer des liens et de prouver qu’une réussite est possible même là où tout semble voué à l’échec. (voir sur internet leur blog kesj.blogspot.com et les reportages d’ARTE).

Ivan Akimov, musicien slovaque qui a vécu longtemps en France est, avec sa femme Elena qui est Rom, l’animateur de cette troupe. Nous l’avons rencontré au printemps dernier et il nous a aussi parlé du lycée Rom qu’ils ont créé à Kesmarov d’où sont sortis en 2016 les premiers bacheliers Roms.


Le CCFD – Terre Solidaire est membre du Collectif Roms de Gardanne où une douzaine de familles roms ont trouvé refuge en 2012. Avec l’appui des pouvoirs publics, le collectif a àcompagné l’accueil et l’insertion des familles installées sur l’ancien puits de mine.

Le Collectif Roms de Gardanne vous invite à la présentation du livre  » Familles Roms : le choix de l’accueil » le jeudi 24 mai à 18h à la Médiathèque de Gardanne. Ce livre est le récit de cinq années d’accompagnement vers l’autonomie économique et sociale de familles Roms; les difficultés rencontrées, des forces et faiblesses, réussites et échecs, et des interrogations auxquelles le Collectif n’a pas toujours (ou toujours pas) de réponse.

Interviews #1 – « Le Chanteur de Gaza » … et la Palestine aujourd’hui ? 

Découvrez la première vidéo d’une série d’interviews réalisées lors des projections-débats

 « Le destin d’un homme à la dignité impressionnante,
devenant malgré lui la fierté de son pays » 
– L’Express

Le film a été proposé par la Délégation Secours Catholique à Marseille. Les liens entre le SCCF et la Palestine sont très forts depuis 1948, deux ans à peine après sa fondation, avec le soutien aux populations déplacées par les combats à la fin du mandat britannique sur la Palestine.

Les projets que le SCCF soutient en Israël & Palestine :

  • Lutter contre la pauvreté par l’accès aux services de base/besoins essentiels (éducation, santé, activités génératrices de revenus, urgences, etc.)
  • Lutter contre les violations des Droits de l’Homme, défense des droits et actions de plaidoyer local.
  • Promotion du vivre-ensemble, de l’action collective solidaire pour la réconciliation et la construction de la paix et la promotion d’une culture de solidarité et de non-violence.

LA MAISON D’ABRAHAM

Découvrez-la ici : https://www.secours-catholique.org/la-maison-dabraham-a-jerusalem

Il existe un lien fort et direct entre un grand nombre des membres du réseau Secours Catholique – Caritas France et la Terre Sainte, à travers la Maison d’Abraham, maison d’accueil du Secours Catholique pour les pèlerins pauvres, établie à Jérusalem en 1964. Les missions de la Maison d’Abraham. C’est aussi un lieu de rencontres d’acteurs locaux œuvrant pour la justice et la paix.

© SCCF – Isidor

ACTUALITES – Rapport annuel des diplomates de l’UE sur la situation à Palestine & Israël

Les diplomates des 28 pays membres de l’UE dans les territoires occupés palestiniens rédigent chaque année un état des lieux. Ce rapport brosse un tableau factuel, mais réaliste, des conditions de vie des Palestiniens, la situation politique, économique et sociale dans les territoires Palestiniens.

On y apprend notamment qu’entre 1967 et 2016, Israël a révoqué le statut de 14 595 Palestiniens de Jérusalem-Est. Israël, relèvent les diplomates, poursuit cette politique de “déportation silencieuse” comme le montrent les chiffres de 2016 : le ministère de l’intérieur a révoqué au cours de cette année, le statut de résident de 95 habitants de Jérusalem-Est, parmi lesquels figuraient 41 femmes et 11 mineurs[1].

Ce rapport dénonce aussi la poursuite de la colonisation, et il explique comment Israël a démoli au cours des dix dernières années 900 bâtiments appartenant à des Palestiniens de Jérusalem-Est. Pour la seule année 2016, 190 immeubles ont été détruits, provoquant le déplacement de 114 personnes.

Pour en savoir plus : https://plateforme-palestine.org/Jerusalem-des-diplomates-europeens-accablent-Trump-et-Netanyahou

[1] Newsletter Palestine Israël. Février 2018. Secours Catholique – Caritas France.

 

Programmation

Du 30 janvier au 22 février

Martigues
3
0 janvier, 20h – « Moi je suis avec la mariée » : Le parcours insolite de réfugiés syriens et palestiniens à travers l’Europe (Cinéma Jean Renoir)

Marseille
1er février, 19h – « Le chanteur de Gaza »: La voix d’or d’un jeune palestinien qui ouvre une voie de liberté.  (Cinéma Pathé Madeleine)
8 février – « L’image manquante » : L’histoire du génocide khmer revisité à travers une mémoire traumatique (Cinéma Variétés).

Aix-en-Provence
6 février, 18h – « Retour en Algérie » : Des projets solidaires d’anciens combattants, témoins de la barbarie de la guerre (Sciences Po Aix)
13 février, 18h – « Dans l’ombre d’un homme » : La bataille de femmes égyptiennes pour leur liberté  (Fac de droit)
22 février, 20h30 – « Sabogal » : Un thriller judiciaire sur la défense des droits de l’homme en Colombie (Cinéma Mazarin)

Châteaurenard
12 février? 18h30– « Sonita » : La lutte pour la liberté d’une jeune  rappeuse afghane  réfugiée en Iran (cinéma Rex).

Gardanne
16 février – « Jenica et Perla » : Rêves contrastés de jeunes filles roms, en Slovaquie et en France (cinéma 3Casino)

Istres
21 février, 20h – « Sabogal »: Un thriller judiciaire sur la défense des droits de l’homme en Colombie (cinéma Le Coluche)

Le festival  touche également près de 2000 lycéens et collégiens dans une douzaine  d’établissements publics et privés du département.

Télécharger le programme complet

Contact : rcdhp13@gmail.com

Dernière semaine : Sabogal !

Dernière semaine des Rencontres Cinématographiques avec un thriller judiciaire sur la Colombie en présence
du réalisateur 

SABOGAL

Colombie : Avocat pour un combat risqué

Défendre les droits humains en Colombie au péril de sa vie.
Un thriller judiciaire fascinant mêlant animation et images d’archive.

Deux rendez-vous pour la semaine

Istres – Mercredi 21 février à 20h

Cinéma Le Coluche
Allée Jean Jaurès,13800 Istres | Tarif : 5,50 €

Aix-en-Provence – Jeudi 22 février à 20h30

Cinéma Le Mazarin
6 rue Laroque,13100 Aix-en-Provence | Tarif du cinéma

Bande-annonce du film – Istres   /  Bande-annonce du film -Aix-en-Provence

« Nous voulons parier que les autres générations s’accrochent et aient une relation beaucoup plus directe avec la mémoire, qu’il y ait un lien émotionnel avec des choses qui n’ont pas été vécues par eux mais qui se sont réellement passées. » – Serio Mejía

« Ce sont les histoires que nous avons eu à raconter et je pense que nous avons une responsabilité sociale à dire à ce pays. Ce que l’animation nous a permis est un jouet pour le dire d’une manière qui nous a permis de rêver et de dépasser le documentaire pour atteindre d’autres publics. » – Juan José Lozano

via Arcadia

Film proposé par Amnesty International

Débats avec…

Juan José LOZANO,
le réalisateur

En savoir plus sur Juan José LOZANO

 

Bruno CANIVENC,        
d’Amnesty International

Droits de l’homme au ciné : Châteaurenard, Aix, Gardanne

Châteaurenard – Lundi 12 février à 18h30

Cinéma Rex, 10 bis avenue Léo Lagrange,13160 Châteaurenard.
Tarif : 5 €.

SONITA

Iran / Afghanistan : La lutte contre l’asservissement des femmes

Réfugiée afghane, clandestine en Iran, elle rêve de devenir rappeuse en dépit des préjugés et des obstacles.

Bande-annonce du film 

« L’approche de Rokhsareh Ghaem Maghami donne au film une dimension passionnante, inattendue. Et lui confère une puissance de conviction émouvante.. » – Le Nouvel Observateur

Débat avec…

Marianne JOVER,
animatrice du groupe « Droits des femmes » à la Ligue des Droits de l’Homme

En savoir plus sur Marianne JOVER

 

Michel et Nafissa Tourneux,
de l’association Solidarité France Afghanistan

En savoir plus sur l’association Solidarité France Afghanistan 

Débat animé par  Jean-Claude ESCAFFIT, journaliste.

Film proposé par la Ligue des Droits de l’Homme.

---


Aix-en-Provence
 
– Mardi 13 février à 18h

Faculté de Droit, Amphithéâtre Portalis
3 avenue Robert Schuman, 13100 Aix-en-Provence
Entrée gratuite

DANS L’OMBRE D’UN HOMME

Égypte : Place aux femmes !
Au lendemain du Printemps Arabe, portrait intime de quatre femmes dans la lutte pour leur liberté.

Bande annonce du film

« Nous sommes prêts à croire dans la jeunesse égyptienne, qui met tant de cœur dans tout ce qu’elle fait. (…) C’était risqué, mais elle a finalement réalisé une œuvre qui reflète de manière puissante et honnête la vie des femmes égyptiennes. »
– Maya Morsy (Coordonnatrice d’ONU Femmes en Égypte)

Débat avec…

Marie-Paule GROSSETETE, 
responsable d’Osez le féminisme 13 !

En savoir plus sur Osez le féminisme 13 : Facebook et Blog !

Lorraine DUMONT,
Centre d’études et recherches internationales à la Faculté de droit.

 

Film proposé par la Clinique doctorale de droit international des droits de l’Homme  d’Aix-en-Provence.

---

Gardanne – Vendredi 16 février à 19h

Cinéma 3 Casino, 11 Cours Forbin,13625 Aix-en-Provence.
Tarif : 5,50 €.

JENICA ET PERLA

France / Slovaquie : Rêves contrastés de jeunes filles Roms.
L’une à Montreuil, l’autre en Slovaquie ; tout les sépare, ou presque, sauf la passion de la musique et de la danse…. et le rêve d’un ailleurs.

 Bande-annonce du film 

« Beaucoup de migrants Roms originaires des Balkans vivent dans des conditions très difficiles, voire illégales ; alors nous essayons de les atteindre et de leur apporter, espérons-le, une certaine forme d’espoir. » – Ivan Akimov, le responsable de Kesaj Čhave sur Radio Praha

Débat avec…

Marc DURAND,
spécialiste sur les migrants et les Roms à la Ligue des Droits de l’Homme

En savoir plus sur Marc DURAND

 et Stella ANGHEL, jeune fille Rom.

 Film proposé par le CCFD-Terre Solidaire.